Current track

Title

Artist

Current show

La Bible en 1 an

06:30 06:38

 

Background

Le prix Laura Ingalls de La Petite maison dans la prairie débaptisé en raison du «racisme»

Written by on 27/06/2018

Le prix Laura Ingalls débaptisé en raison du «racisme» de La Petite maison dans la prairie

Le politiquement correct a encore frappé. Fondée en 1954, cette récompense littéraire a été renommée par l’Association des bibliothèques pour enfants. La série de huit tomes de La Petite maison dans la prairie qui a inspiré le célèbre feuilleton, est en effet décriée outre-Atlantique pour ses propos anti-Amérindiens et anti-Noirs.

On se souvient tous de cette petite fille courant les nattes au vent dans la prairie avec ses soeurs. Laura Ingalls, interprétée à l’écran de 1974 à 1983 dans la série La Petite maison dans la prairie par Melissa Gilbert, est aussi le personnage central d’une œuvre littéraire marquante du XXe siècle aux États-Unis. Le feuilleton télé est issu des livres de Laura Ingalls Wilder, huit tomes inspirés de son enfance publiés entre 1932 et 1943. À la suite d’une réunion à la Nouvelle-Orléans, l’Association des bibliothèques pour enfants a décidé samedi de débaptiser le prix littéraire Laura Ingalls Wilder car elle juge son œuvre raciste. La récompense a été ainsi renommée le prix de l’Héritage littéraire pour les enfants. Les adhérents de l’ALSC ont été sondés en mai pour avoir leur avis sur le changement de nom du prix. Une majorité y était favorable

» LIRE AUSSI – Oliver Stone: Melissa Gilbert (La Petite maison dans la prairie) l’accuse de castings humiliants, il réplique!

«Les œuvres de Mme Wilder restent l’objet d’études et d’analyses littéraires qui mettent souvent en lumière des sentiments anti-Amérindiens et anti-Noirs, a expliqué l’organisation. L’ALSC reconnaît que l’héritage de l’auteur est complexe et que l’œuvre de Mme Wilder n’est pas universellement acceptée.» La récompense a été créée en 1954. Elle est décernée selon un rythme variable à des auteurs pour leur participation à la littérature enfantine. Le premier prix a d’ailleurs été décerné à Wilder elle-même.

Une œuvre reflet de son époque
La Petite maison dans la prairie raconte le quotidien d’une famille de fermiers dans l’Ouest des États-Unis au XIXe siècle. À cette époque, le Nouveau Monde est encore très ancré dans le racisme. «Un bon Indien est un Indien mort», peut-on notamment lire dans les pages du livre de Laura Ingalls Wilder, née en 1867 et décédée en 1957. La journaliste Samira Ahmed rapportait toutes ces phrases «inacceptables» en 2010 dans un article pour le Guardian. «Les livres de Mme Wilder sont le produit de sa vie, ses expériences et ses perspectives en tant que femme blanche de cette époque, a tenté de défendre l’ALSC. Ils représentent une attitude culturelle dominante, sans être universelle, envers les indigènes et les personnes de couleur quand elle vivait et quand le prix a été créé.»

» LIRE AUSSI – Découvre la (pas si) petite maison d’architecte dans la prairie

La série La Petite maison dans la prairie a connu un réel succès en librairie. Des millions d’exemplaires ont été vendus à travers le monde. En 1974, Michael Landon reprend le concept pour l’adapter à l’écran. Le show télévisé deviendra culte avec 205 épisodes diffusés sur la chaîne NBC et à travers le monde. Certains ont tenu à souligner la contribution de l’auteur à la littérature et la culture américaine. Son impact reste toutefois moindre face à celui du livre Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, publié en 1936 et vendu à plus de 45 millions d’exemplaires, qui a marqué toute une génération. Chaque année depuis trente-quatre ans, sa célèbre adaptation était projetée à l’Orpheum de Memphis, dans le Tennessee. Mais l’an passé, après l’attaque de Charlottesville, dans laquelle une militante antiraciste a été tuée par un suprémaciste blanc, la salle a décidé de suspendre cette tradition. Le film aux dix Oscars de Victor Fleming était l’objet de plaintes, motivées par «le portrait discriminant des noirs américains et la vision idéalisée des Sudistes».

Source : Le Figaro

© radioelyon.fr
Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.


Reader's opinions

Laisser un commentaire