Current track

Title

Artist

Current show

La Bible en 1 an

06:30 06:38

 

Background

Les talibans prennent le contrôle du palais présidentiel afghan

Written by on 17/08/2021

Des combattants talibans sont entrés dans le palais présidentiel afghan quelques heures après que le président Ashraf Ghani a fui le pays.

Les talibans ont préparé leurs forces à la périphérie de la capitale afghane de tous les côtés dimanche alors que des civils paniqués se préparaient à la prise de Kaboul par le groupe armé près de 20 ans après avoir abandonné le pouvoir lors d’un assaut mené par les Américains.

Le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, a déclaré que les combattants restaient à la périphérie de la capitale pendant que les négociations se dérovaient.

Les dirigeants du groupe, entourés de dizaines de combattants armés, se sont adressés aux médias depuis le siège du pouvoir dans le pays.

Des combattants talibans vus à l’arrière d’un véhicule à Kaboul, en Afghanistan
Des combattants talibans vus à l’arrière d’un véhicule à Kaboul, en Afghanistan

Les gouvernements et les dirigeants mondiaux réagissent aux forces talibanes autour de Kaboul au milieu des informations faisant état d’un « transfert pacifique du pouvoir ».

La réaction mondiale a été rapide après que les talibans se sont refermés sur Kaboul alors qu’une prise de contrôle par le groupe armé semblait imminente dimanche.

Le groupe a balayé le pays au cours d’une offensive dévastatrice d’une semaine après le retrait des forces dirigées par les États-Unis. Sa campagne s’est accélérée à la vitesse de l’éclair la semaine dernière, capturant Kandahar et Herat, les deuxième et troisième plus grandes villes du pays, et choquant les pays occidentaux alors que les défenses de l’armée afghane s’effondrent.

Des combattants talibans ont encerclé dimanche Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, alors que le monde attendait de voir ce à quoi aboutiraient les négociations autour d’un transfert de pouvoir.

Le groupe armé s’est emparé de la quasi-totalité de l’Afghanistan en un peu plus d’une semaine, envoyant des milliers de personnes déplacées à l’intérieur du pays fuir les combats vers Kaboul, en quête de sécurité.

Malgré les centaines de milliards de dollars dépensés par les États-Unis et l’OTAN pour renforcer les forces de sécurité afghanes, les talibans ont rapidement vaincu, coopté ou envoyé les forces de sécurité afghanes fuir de larges pans du pays.

Les combattants sont restés « aux portes de la ville » alors que des coups de feu sporadiques ont été entendus dans des rues en grande partie calmes.

Plus de 600 Afghans s’enravellent dans un avion-cargo américain en vol depuis Kaboul

Plus de 600 hommes, femmes et enfants afghans, s’accroupissent et s’entassent les uns contre les autres sur le sol d’un avion militaire américain alors qu’il quitte Kaboul après la prise de la ville par les Taliban.

Une photo montrant les civils afghans – certains serrant des bagages, d’autres nourrissant des bébés au biberon – à bord de l’avion cargo C-17 dimanche est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Selon le constructeur Boeing, le C-17 Globemaster III peut transporter 134 passagers, dont 54 sur les sièges latéraux et 80 sur palettes au sol.

De nombreux Afghans sont montés à bord de l’avion via une rampe semi-ouverte avant le départ du vol pour le Qatar avec l’un des plus grands nombres de passagers jamais transportés à bord d’un tel avion, a rapporté le site d’information américain Defense One. Reuters n’a pas pu vérifier dans l’immédiat ces détails.

D’autres vidéos et photos affligeantes ont émergé de l’aéroport de Kaboul, où des témoins affirment que plusieurs personnes sont mortes, et montrent des gens grimpant dans des passerelles aériennes et accrochant au train d’atterrissage des avions de taxi dans des tentatives désespérées de fuir.

Les talibans prennent le contrôle du palais présidentiel afghan

Pour certains observateurs, l’image à l’intérieur de l’avion C-17 a été vue comme un signe d’espoir et de bravoure de l’équipage d’évacuation.

« Pour tous les défauts de cette semaine, certains sont bons dans ce domaine », a déclaré Blake Herzinger, un analyste de la sécurité basé à Singapour, qui a partagé l’image sur Twitter.

Pourquoi l’armée afghane s’est-elle désintégrée si rapidement ?

Le 15 août, les talibans se sont emparés de kaboul, la capitale afghane, et ont déclaré la fin de la guerre en Afghanistan. La vitesse fulgurante avec laquelle le groupe a réalisé des gains territoriaux majeurs alors que les Forces de sécurité de la défense nationale afghane (ANDSF) se retiraient sans se battre en a choqué plus d’un.

Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont dépensé plus de 83 milliards de dollars pour former, équiper et développer l’armée nationale afghane, la police, l’armée de l’air et les forces spéciales. Pourtant, sous l’avancée d’un groupe armé armé armé d’armes légères, l’ANDSF s’est effondrée de manière spectaculaire.

Le rythme sans précédent des gains territoriaux des talibans a surpris même les services de renseignement américains, qui avaient prévu qu’il faudrait des mois au groupe pour établir son contrôle sur le pays. En conséquence, les États-Unis et plusieurs autres pays occidentaux ont dû redéployer des milliers de soldats pour aider à l’évacuation d’urgence de leurs citoyens et de leur personnel diplomatique de Kaboul.

Si les analystes et les services de renseignement occidentaux avaient été plus conscients des réalités sur le terrain, ils n’auraient peut-être pas été pris par surprise par les événements de ces derniers jours. Un certain nombre de facteurs expliquent l’effondrement de l’État afghan et de l’ANDSF.

Premièrement, il y a eu une corruption généralisée au sein des ministères afghans de la défense et de l’intérieur, où des fonds, des munitions et des livraisons de vivres ont été volés avant d’atteindre les soldats sur le terrain. Les munitions et autres équipements ont été vendus sur le marché noir et finissent par se retrouver entre les mains des Taliban.

En outre, certains commandants ont détourné de l’argent en soumettant des demandes de fonds pour les salaires des « soldats fantômes » – c’est-à-dire des soldats qui ne s’étaient pas réellement enrignés dans l’armée. Pendant ce temps, le personnel de l’ANDSF n’a pas été payé et maintenu en service sans autorisation de partir et de voir sa famille pendant des mois.

Sans surprise, l’ANDSF a eu l’un des taux de désertion et de pertes les plus élevés au monde. Selon une estimation, le taux d’attrition mensuel de l’ANDSF était de 5 000 tandis que le taux de recrutement était de 300 à 500.

Deuxièmement, les malversations et la corruption ont sapé le moral dans les rangs de l’armée. L’intégrité de la haute direction est essentielle dans les affaires militaires pour gagner le respect et la loyauté des troupes. Pour les soldats non rémunérés, le mode de vie somptueux de leurs commandants était souvent trop à avaler. Par conséquent, au lieu de se battre et de mourir, ils ont préféré sauver leur vie en se rendant aux talibans dans le cadre de leurs offres d’amnistie.

Troisièmement, il n’y avait pas non plus de cohésion idéologique au sein de l’armée ni de sens du devoir et de l’appartenance nationaux. En fait, il y avait une grande méfiance à l’égard des dirigeants politiques du pays. Aucun soldat afghan n’était prêt à se battre et à mourir pour défendre le président Ashraf Ghani ou le gouvernement. Les théories du complot sur un accord secret entre le gouvernement afghan et les talibans étaient légion parmi les troupes afghanes. Cet environnement de doute et de suspicion a encore miné la détermination des soldats afghans à résister à l’avancée des Taliban idéologiquement cohésifs, dont les combattants étaient animés par le désir d’établir un émirat islamique et de chasser les troupes étrangères qu’ils considéraient comme des occupants.

Quatrièmement, l’ingérence politique continue et le remaniement de responsables aussi élevés que les ministres de l’Intérieur et de la Défense, les gouverneurs et les chefs de police ont également affecté la performance de l’ANDSF sur le champ de bataille. Une armée a besoin d’unité de commandement et de continuité du leadership pour fonctionner correctement et combattre efficacement sur le champ de bataille. Le chef d’état-major militaire est le centre de gravité de son organisation et s’il est changé de manière cohérente, cela affecte négativement l’organisation.

Le président Ghani change régulièrement de chef militaire au milieu du retrait américain et de l’offensive des talibans à travers l’Afghanistan. Par exemple, Ghani a remplacé le chef de l’armée afghane, le lieutenant-général Wali Mohammad Ahmadzai, qui a été nommé en juin, par le commandement des opérations spéciales de l’Armée nationale afghane, le général de division Haibatullah Alizai. De même, il a remplacé deux fois ses ministres de l’Intérieur et remanié son ministre de la Défense et six commandants principaux ces derniers mois.

Cinquièmement, la stratégie militaire intelligente des Taliban consistant à prendre le contrôle des principaux points de passage frontaliers, des principales autoroutes et à assiéger les grandes villes a paralysé la capacité de Kaboul d’envoyer des renforts et des fournitures. De nombreuses unités de l’armée ont été coupées du reste du pays et ont donc été contraintes soit de fuir par la frontière des pays voisins, soit de se dissoudre.

Enfin, bien qu’elle ait reçu des années de formation et des milliards de dollars d’équipement, l’ANDSF n’a jamais développé la capacité de se débrouiller seule. En fait, elle dépendait entièrement des troupes américaines et de l’OTAN pour protéger les zones urbaines. Une fois que ces forces ont commencé à se retirer, il n’y a eu aucun obstacle pour arrêter l’avancée des Taliban et les faiblesses et l’incompétence qui étaient couvertes par la présence militaire étrangère sont rapidement apparues au avant-plan.

Lorsque l’effondrement de l’ANDSF est devenu évident, le gouvernement afghan s’est empressé de mettre sur pied une nouvelle force composée de diverses milices. Trois seigneurs de guerre influents – Atta Muhammad Noor de Jamiat-e-Islami, Abdul Rashid Dostum du Hezb-e-Junbish et Haji Muhammad Muhaqiq du Hezbe-e Wahdat Islami Mardom-e Afghanistan – se sont rencontrés pour forger un front commun contre les talibans et coordonner leur lutte avec l’ANDSF.

Toutefois, la chute de Mazar-e Charif aux y retomber dans les talibans les a forcés à fuir le pays. L’effondrement de l’ANDSF avant même que le retrait américain ne soit achevé et la manière dont les acquis de la soi-disant « guerre contre le terrorisme » ont été annulés auront des répercussions pour les années à venir. Les milliers de combattants libérés par les talibans de la base aérienne de Bagram, y compris ceux d’al-Qaida et d’autres groupes, poseront un défi majeur en matière de sécurité dans la région et au-delà.

© RadioElyon.fr – Courte reproduction partielle autorisée suivie d’un lien « Lire la suite » vers cette page.


Reader's opinions

Laisser un commentaire