En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Flash info

14:00 14:03

 

 

 

Background

Présidentielle 2022 : Marine Le Pen renforce son avance sur Emmanuel Macron au lendemain du débat

Écrit par sur 21/04/2022

A trois jours du second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron ne devance pas Marine Le Pen.
N’écoutez pas les sondages, un sondage est nécessairement assorti d’une marge d’erreur, dite aussi « marge d’incertitude » ou « intervalle de confiance ».
Plus l’échantillon est faible, plus la marge d’erreur progresse.

S’il est encore tôt pour mesurer définitivement un effet du débat, il n’y a au lendemain du face-à-face entre les deux candidats que peu progression des reports vers Marine Le Pen.
Ils passent ainsi de 17% à 18% chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Et ils sont en forte hausse chez les autres : ils ne sont plus que 8% chez les électeurs de Yannick Jadot ont opter pour la candidate RN ; à droite et à l’extrême droite, ils passent de 25% à 29% chez ceux de Valérie Pécresse et de 78 à 79% chez ceux d’Eric Zemmour.
Il est grand temps de renoncé à participer à «la grande manip» des sondages. Les médias ne doivent pas commander ni commenter de sondage politique. Il y a beaucoup de Divergences et de contradictions dans l’audiovisuel public. Nous appelons à la plus grande prudence donnant Emmanuel Macron gagnant au second tour. Ne croyez pas ce que les médias vous racontent.
Devenus omniprésents lors des élections présidentielles, les sondages répondent aux interrogations des médias et des candidats et nous dressent un état des lieux de la campagne.

Mais ils ne sont malheureusement pas fiables car aujourd’hui, les médias sont détenus par 9 milliardaires et cela nuit au pluralisme. Trompeurs, voire manipulateurs, les sondages politiques méritent tant d’avanies.

 

Les sondages influent-ils les médias ou les médias les sondages ?

Indéniablement, il y a une intrication puisque les médias commandent, publient et parlent des sondages. La charge sémantique du terme « influence » est péjorative et renvoie à l’idée d’une manipulation du vote. Dans le débat électoral, beaucoup de voix cherchent à s’exprimer pour influencer l’électeur, à commencer par les candidats, certains éditorialistes, ou des électeurs qui veulent convaincre d’autres électeurs.
Les sondages, eux, restituent un état des lieux objectif de la situation, ils donnent une information qui se veut impartiale.

Les sondages sont l’objet de critiques constantes, dont beaucoup proviennent des politiques…

Nombre d’entre eux les fustigent tout en en commandant. Il faut croire qu’ils y trouvent un intérêt… Dans les périodes électorales, les sondages deviennent un objet politique.
Les candidats malmenés par les sondages sont les premiers à les dénigrer précisément parce que les résultats entravent leur action politique.
C’est pour eux une façon de susciter la mobilisation de leurs électeurs. Cela fait partie du rituel des campagnes électorales.

Les sondages sont devenus un outil de pilotage pour les candidats qui les utilisent pour conduire leur campagne électorale, confronter leur programme aux attentes de l’électorat, en mesurer la réception, éventuellement pour le faire évoluer afin d’être plus en phase avec l’électorat.
Les partis les utilisent également pour décider des investitures.
Pour les scrutins locaux, par exemple, les grandes formations politiques ont l’habitude de tester une série de candidats en termes de notoriété ou d’image afin d’identifier ceux à qui ils vont donner l’investiture. Donc, il est évident que la publication de « cote de popularité » des différents candidats à une élection avant l’élection est de nature à influencer le comportement des électeurs. Même sans avoir étudié les propriétés mathématiques des différents modes de scrutin, chacun sait que le vote au premier tour d’une élection au scrutin majoritaire à deux tours est un mélange entre un choix de conviction et un choix stratégique.

Les sondages, les médias d’informations deviennent l’instrument de propagande capable de piétiner la libre opinion individuelle.

Les sondages sont commandés par les partis politiques autant que par les médias, ces derniers espérant un partage massif de l’étude afin de profiter d’une publicité gratuite.
Toutefois les candidats dans l’ensemble se plaignent de ces enquêtes d’opinion (souvent lorsqu’elles les desservent) autant qu’ils les commandent afin de se positionner au plus juste de l’avis de l’électorat.
Que de sondages vus et revus, parfois diffusés en continu sur certaines chaînes d’informations.
Le but ? Inviter fortement le panel sélectionné, qui se veut représentatif de la population, à se positionner sur les sujets abordés, car aujourd’hui il est inenvisageable d’être « sans opinion ».
Face à ces menaces qui mettent en danger notre liberté d’opinion individuelle nous vous invitons à la vigilance.

 

© radioelyon.fr – Courte reproduction partielle autorisée suivie par un lien redirigeant vers cette page.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire